Marseille : tous fans du nouveau stade vélodrome

Revenir à la liste des articles

« Je profite des vacances, moi qui suis marseillaise de souche et à fond pour l’OM, pour découvrir le nouveau stade, » explique, souriante, Géraldine, commerçante dans le Lot-et-Garonne qui s’est exilée avant les travaux de 2014. Ils étaient nombreux à avoir fait le déplacement hier pour avoir l’occasion de visiter le nouveau stade Vélodrome.

Parmi eux, des Lyonnais, des Bordelais, mais peu de Marseillais. Comme nous l’explique Dominique Fenolio, de l’office du tourisme et des congrès de Marseille : « Il y a eu beaucoup de neige cette année et donc naturellement, la plupart des Marseillais ont préféré partir au ski« . Qu’à cela ne tienne, qu’on soit passionné de l’OM, amateurs de foot ou simples curieux, le stade attire quand même les touristes de la cité phocéenne.

C’est donc en famille, ou seuls qu’ils sont venus voir le mythique stade de Marseille. « C’est magnifique, rien que de passer devant ça vaut le coup, » s’extasie d’emblée Manu, venu de Metz avec son épouse et sa fille avant de débourser une dizaine d’euros pour avoir la chance de visiter le complexe.

Un véritable sanctuaire à la gloire de l’OM

« Bienvenue au stade Vélodrome ! Suivez-moi, c’est parti ! » lance, énergique, Jérémy le jeune guide vêtu de noir. La visite commence avec le salon panoramique. Ici, tout semble être immense, disproportionné. Le silence qui y règne donne une véritable allure de musée au stade, bien loin de l’animation des jours de matchs. Des différentes étapes de construction, au détail de tous les trophées, c’est un véritable sanctuaire à la gloire de l’Olympique de Marseille qui se trouve ici.

Les visiteurs écoutent avec silence, attentifs et respectueux, l’histoire du club de foot le plus titré de France. De la fondation du club en 1899, aux années de gloire sous Bernard Tapie, rien n’est oublié par le guide, qui se veut technique et consciencieux. Mais là où les réactions se font sentir, c’est lorsque les visiteurs pénètrent dans les vestiaires.

La tribune présidentielle, le point d’orgue de la visite

Photos, selfies, tous les appareils sont dégainés pour s’immortaliser devant les sièges réservés aux joueurs. « C’est ce que je préfère ! On peut voir le nom des joueurs inscrits, c’est là où ils s’assoient, » confie, excité, Romain, un enfant Bordelais venu avec son père visiter, avant d’assister au match de vendredi qui opposera Marseille à Caen. « C’est aussi beau que le Camp Nou. Quoique… le Vel’ est plus beau en fait, » constate rêveur ce dernier, assis à la tribune présidentielle, point d’orgue de la visite. « C’est de l’argent bien dépensé, » concluent unanimement les touristes. Dernière visite prévue ces derniers jours pour reprendre du dimanche 1er au 8 Mars. En effet, priorité à l’OM qui réserve la veille le stade pour le lendemain.


Le stade en chiffres

67 394 : c’est le nombre de spectateurs que peut désormais accueillir le nouveau stade Vélodrome contre 60 000 en 1998.

62 408 : c’est le nombre de supporters présents le 21 décembre 2014 pour le match de championnat de France entre l’Olympique de Marseille et le Losc de Lille. C’est la plus forte affluence de l’histoire du stade.

551 millions d’euros : c’est le coût total que représente la construction du stade achevé en 2014 selon la cour des comptes.

23 : C’est le nombre de titres que possèdent le club de l’Olympique de Marseille ce qui fait de lui le club au palmarès le plus important, devant l’AS Saint-Etienne qui cumule 17 titres.